Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:26


Depuis une dizaine d’années, le concept de « diversité » a investi les champs politiques, économiques, médiatiques, sociaux : invoqué par les uns, controversé pour les autres, il fait ici l’objet d’une nécessaire mise en perspective sociologique.
À travers ce nouveau thème, les entreprises, les grandes écoles ou encore les partis politiques entendent manifester leur volonté de mieux représenter la société française dans ses différentes composantes et de lutter contre les préjugés. En ce sens, la diversité exprime la reconnaissance publique des discriminations, et d’abord des discriminations fondées sur « la race » ou « les origines ».
Ce livre rend compte des processus qui ont contribué à faire des discriminations liées aux origines un problème public et un combat de droit. Il examine les enjeux de cette reconnaissance, à la fois juridiques, politiques et scientifiques. Il analyse les usages concrets de la diversité dans le monde des affaires et dans celui de la politique, par-delà les effets d’annonce et de rhétorique. Une question centrale l’organise : la diversité répond-elle bien à la question des inégalités ?

Repost 0
Published by DIMA, VIPS - dans Articles ou ouvrages
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:23


Une personne supposée d'origine maghrébine a huit fois plus de chances de subir un contrôle d'identité qu'une personne à la peau blanche. Ce contrôle au faciès, encouragé par la politique en matière d'immigration et le discours sécuritaire, est générateur de tensions entre les citoyens et leur police, et inefficace en termes de lutte contre la délinquance. Surtout, il est contraire à des principes constitutionnels, comme en témoigne la multiplication des recours en justice pour discrimination.
Comment en finir avec cette situation ? Comment contrer la politique du chiffre et les pressions du pouvoir sur les forces de l'ordre ? Comment renouer avec une politique de sécurité républicaine ? Ce livre répond à ces questions et met en avant une solution expérimentée avec succès dans d'autres pays : l'attestation de contrôle d'identité, permettant de lutter contre les contrôles abusifs

Repost 0
Published by DIMA, VIPS - dans Articles ou ouvrages
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:17


Tueuses, ogresses, sorcières, pédophiles, hystériques, criminelles, délinquantes, furies, terroristes, kamikazes, cheffes de gang, lécheuses de guillotine, soldates, policières, diablesses, révolutionnaires, harpies, émeutières, pétroleuses, viragos, guerrières, Amazones, boxeuses, génocidaires, maricides... Qu'y a-t-il de commun entre toutes ces figures ? Pour le comprendre, il importe d'exhumer, de dénaturaliser, d'historiciser et de politiser la violence des femmes. Telle est l'ambition de cet ouvrage qui propose une approche pluridisciplinaire sur un sujet trop longtemps ignoré des sciences sociales.
Cette somme inédite, réunissant des études historiques, anthropologiques, sociologiques, linguistiques et littéraires, révèle combien la violence des femmes est au coeur d'enjeux d'ordre à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c'est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l'ordre social.

Repost 0
Published by DIMA, VIPS - dans Articles ou ouvrages
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:15

 

Le système éducatif a connu des transformations très profondes à partir du milieu des années 1980, en lien avec les politiques visant à mener 80% d’une génération au niveau du baccalauréat. Si s’est accrue la proportion d’enfants des classes populaires accédant aux filières générales et à l’enseignement supérieur, la majorité d’entre eux continue néanmoins d’être orientée, au sortir du collège, vers l’enseignement professionnel. Parent pauvre de la sociologie de l’éducation, cet ordre d’enseignement conduit plus que jamais vers les emplois précarisés d’ouvriers et d’employés, et constitue ainsi un cas privilégié pour étudier, à travers lui, l’évolution de l’emprise de l’institution scolaire sur les jeunes appartenant aux classes populaires, ainsi que les modalités variées et renouvelées selon lesquelles ils s’approprient leurs destins scolaires et sociaux. Comment s’opèrent l’orientation des jeunes d’origine populaire vers les régions dominées du champ scolaire et leur socialisation aux rôles subalternes qu’ils seront amenés à jouer dans la division sociale du travail ? Comment s’y prennent-ils pour s’approprier leurs destinées scolaires et sociales, et tenter d’échapper à la disqualification sociale ?


Repost 0
Published by DIMA, VIPS - dans Articles ou ouvrages
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:13

Prevenie_violence_ecole.jpg 
Si l’inquiétude croissante à propos des violences à l’école témoigne d’une profonde déstabilisation de l’ordre scolaire, elle s’accompagne d’une importante créativité dans les réponses apportées. Le parti pris de cet ouvrage collectif est d’aborder ces questions sous l’angle de ce qui se passe à l’école et dans la classe, plutôt que sous l’angle des difficultés individuelles des élèves. L’objectif est d’interroger le rôle de l’institution scolaire, du fonctionnement des établissements et des équipes, de la pédagogie, des pratiques et des identités professionnelles, dans l’émergence et la régulation des phénomènes de violence. Malgré le sentiment d’urgence, il s’agit aussi de réaffirmer l’importance et l’utilité de l’analyse. Face à des situations fortement chargées émotionnellement, symboliquement et idéologiquement, la recherche peut offrir les outils et le recul nécessaires pour comprendre ce qui se joue et identifier clairement les problèmes. Pour savoir répondre à la question « Que faire ? », il est crucial de répondre clairement à la question « Quel est le problème ? ». C’est ce double défi que cet ouvrage tente de relever.

 


Repost 0
Published by DIMA, VIPS - dans Articles ou ouvrages
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 07:54

De l'effet d'un stéréotype sur les jugements :

 

Les juges sont plus indulgents vis-à-vis des femmes

Une étude inédite montre que les femmes jugées en comparution immédiate sont condamnées à des peines plus légères que leurs homologues masculins.

 

Les juges hésitent, notamment, à prononcer des peines de prison ferme à l’encontre des mères de famille. Par ailleurs, le comportement souvent docile des femmes à l’audience jouerait en leur faveur.

 

Comparer les sanctions prononcées à l’encontre des prévenus est chose délicate. C’est pourtant à cette épineuse tâche que se sont livrés deux universitaires lillois. Désireux de comparer les sanctions prononcées à l’encontre des hommes d’une part et des femmes de l’autre, ils ont assisté aux comparutions immédiates de 1 228 prévenus et comparé les peines prononcées à l’encontre des délinquants présentant des profils identiques (même délit, même passé judiciaire, même nationalité, même situation face à l’emploi).

Les conclusions des deux chercheurs sont sans appel (1). « Les décisions prises à l’encontre des femmes tendent clairement vers la clémence » , explique Thomas Léonard, attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’université de Lille II et coauteur de l’étude. « Les femmes bénéficient plus souvent d’une relaxe. Quand elles sont condamnées à de la prison, c’est le plus souvent assorti de sursis, et quand elles écopent d’une peine ferme, le quantum est en moyenne moins élevé que celui des hommes. »  

Comment comprendre cette moindre pénalisation des femmes ? Plusieurs facteurs entrent en jeu. Les juges se montreraient d’abord particulièrement sensibles au sort des mères de famille. « À l’audience, la différence d’approche est patente,  note Thomas Léonard. Les juges interrogent longuement les femmes sur leur situation familiale, sur la nature des liens tissés avec leurs enfants, etc. Les magistrats se comportent très différemment avec les hommes : ils leur demandent s’ils ont des enfants et passent ensuite à la question suivante, comme si la détention d’un père de famille ne portait pas à conséquence sur la vie de ses proches. »  

UNE VISION MANICHÉENNE

Même réflexe du côté des avocats. « Lorsqu’on défend une femme, on s’empresse de rappeler au tribunal les coûts familiaux élevés qu’entraînerait son incarcération » , confirme l’avocate pénaliste Caty Richard.

La bienveillance de l’institution judiciaire à l’égard des femmes ne s’arrête pas là. « Les magistrats ont du mal à se départir de certaines idées reçues, notamment celle qui veut qu’une femme soit – a priori – une victime, et ce même lorsqu’elle est déférée devant la justice,  ajoute Thomas Léonard. De façon un peu manichéenne, on a l’impression que pour les juges, les délinquants hommes “font” problème alors que les délinquantes femmes “ont” des problèmes. »  

Sachant que parmi les prévenus jugés en comparution immédiate, moins de 5 % sont des femmes, Laurence Tinseau, vice-présidente du TGI de Pontoise (Val-d’Oise), tente d’expliquer : « Au fond, nous sommes toujours un peu surpris d’avoir à juger une femme, c’est tellement rare ! Devant ces prévenus atypiques, peut-être tentons-nous davantage de comprendre ce qui a pu les amener là et de mettre au jour les raisons économiques, sociales, psychologiques les ayant amenées à enfreindre la loi. »  D’où un traitement différentiel, in fine, des deux sexes.

QUID DE LA FÉMINISATION DE LA MAGISTRATURE ? 

Autre facteur expliquant la mansuétude des tribunaux vis-à-vis de la gent féminine : le comportement souvent irréprochable des femmes à l’audience. « Elles font souvent preuve d’une plus grande déférence que les hommes vis-à-vis des juges, ce qui est forcément bien vu » , rappelle l’auteur de l’enquête. « Les femmes versent moins dans la révolte ou dans l’injure, ce qui amène peut-être certains d’entre nous à retenir un peu le glaive de la loi » , confirme Philippe Bilger, ancien avocat général près la Cour d’appel de Paris.

Contrairement aux idées reçues, la féminisation accrue de la magistrature n’a, elle, aucune incidence sur l’indulgence des peines prononcées à l’encontre des délinquantes. L’évolution du personnel judiciaire n’est toutefois pas sans conséquence sur les jugements. « Les femmes juges se montrent plus répressives dans les affaires d’atteintes aux personnes et plus clémentes dans les affaires d’atteinte aux biens » , ajoute Thomas Léonard.

 

(1) L’enquête, menée par Thomas Léonard et Maxime Lelièvre, est publiée aujourd’hui dans l’ouvrage collectif Penser la violence des femmes , sous la direction de Coline Cardi et Geneviève Pruvost (Éd. La Découverte). L’enquête a été menée en 2007 et 2008 dans les tribunaux correctionnels de Lyon, Lille, Villefranche-sur-Saône, Avesnes-sur-Helpe, Bourg-en-Bresse et Hazebrouck.

 

MARIE BOËTON

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Les-juges-sont-plus-indulgents-vis-a-vis-des-femmes-_NG_-2012-08-22-845017

Repost 0
Published by DIMA, VIPS - dans Articles ou ouvrages
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 05:45

 

Des liens entre cultures et religions

Footballeuses voilées : la FIFA joue avec le feu

Dimanche 8 Juillet 2012 

L'organisme chargé de rédiger les règlements qui régissent la pratique du football a rendu un verdict attendu. Les femmes pourront désormais porter le voile islamique lors des rencontres officielles. Cette autorisation, qui fait grand bruit dans le monde du ballon rond, se heurtait jusqu'alors aux lois de la Fifa sur les «signes politiques et religieux».

Lire la suite sur :

http://www.marianne2.fr/Footballeuses-voilees-la-FIFA-joue-avec-le-feu_a220431.html

Repost 0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 12:54

Par Anne TATU-COLASSEAU et Gilles VIEILLE MARCHISET (dir.)


En important le plus souvent des grilles de lecture de champs parallèles (culture, éducation, loisir, association...), la sociologie du sport a accumulé un corpus de travaux plus ou moins conséquents et reconnus dans les pays francophones. La sociologie du sport de langue française produit-elle des savoirs et modèles spécifiques ? Quelles sont les modalités de diffusion des analyses dans les différents pays francophones (France, Canada, Suisse, Maroc, Tunisie) ?

 


Repost 0
Published by DIMA, VIPS - dans Articles ou ouvrages
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 11:06

Personnes handicapées, personnes valides : ensemble, semblables et différentes - ZUCMAN (Elisabeth), BILLE (Michel, Pref.)
Pourquoi et comment en sommes-nous tous arrivés à ne percevoir les personnes vulnérables que dans leurs différences et leurs déficiences jusqu'à oublier combien, membres d'une même humanité, nous nous ressemblons ? Élisabeth ZUCMAN analyse ici l'intense expérience de la rencontre avec des personnes handicapées, leurs parents et ceux qui les entourent quotidiennement. Partage, transmission, témoignage, ce livre est un engagement humain et politique en faveur d'un savoir vivre ensemble, semblables et différents. Comment trouver un équilibre du regard, ne pas nier ni même sous-traiter la différence pour en réduire l'impact, mais ne pas la laisser envahir tout le champ de la rencontre ? En démêlant l'écheveau complexe des facteurs discriminants, elle apporte des repères utiles pour construire une société plus harmonie! use. (RA) Editions Erès, Espace éthique, 2012, 213 p. 

Voir la fiche détaillée de l'ouvrage

Repost 0
Published by DIMA, VIPS
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 11:04

 

Même source :

 

Par MALO (Miguel A.), PAGAN (Ricardo)
Les auteurs évaluent la discrimination salariale à l'encontre des personnes handicapées après avoir contrôlé les effets des écarts de productivité liés au handicap. Partant de données relatives à 11 pays européens, ils estiment les équations salariales des personnes suivantes: celles qui sont handicapées jusque dans leurs activités quotidiennes, celles qui sont handicapées sans que cela affecte ces activités et celles qui ne souffrent pas de handicap. Dans la plupart des pays, on ne relève pas d'écart salarial significatif entre les deuxième et troisième catégories. Lorsque cet écart existe, il tient surtout à une moindre productivité et non à une discrimination. Toutefois, par comparaison avec les personnes sans handicap, celles qui sont affectées jusque dans leurs activités q! uotidienn es subissent une moindre productivité et une discrimination salariale. (RA) Revue internationale du travail, 2012, vol. 151, n° 1-2, pp. 51-69


Repost 0
Published by DIMA, VIPS - dans Articles ou ouvrages
commenter cet article

Présentation

  • : DIMA, VIPS
  • : Ce blog est destiné à permettre le partage d'informations pratiques, professionnelles et scientifiques concernant les questions de discrimination, d'intégration des minorités, et plus largement des rapports à l'Altérité Il ne s'intéresse pas uniquement aux sports, mais pointe spécifiquement ces activités culturelles particulières et omniprésentes de nos jours
  • Contact

Recherche